Des stades  » verts  » le développement durable

A l’occasion de la semaine du développement durable, qui débute mercredi 1er avril, il est utile de se demander où se situe la France en matière de respect de l’environnement dans nos enceintes sportives et notamment les stades. Le premier bilan que l’on peut tirer de l’enquête réalisée par l’Equipe Magazine du 28 mars est que la France accuse un retard important comparée à ses voisins Suisses et Allemands. A l’heure où le développement durable constitue un enjeu majeur, la France commence à intégrer cette notion dans la construction de ses futurs stades. Les enceintes vieillissantes 100% béton, au cœur de la ville (Parc des Princes) sont vouées à disparaître. Une nouvelle génération de stades très ‘’bio’’ est en train de voir le jour. Le nouveau stade de Lille, dont la livraison est prévue pour l’été 2012, utilisera pour 90% de sa structure des matériels  »écolabéllisés », l’électricité sera produite par deux éoliennes et des cellules photovoltaïques. Un système de récupération des eaux de pluie sera mis en place pour l’arrosage de la pelouse et les sanitaires. A l’instar de Lille, les stades de Lyon, Le Mans et Dijon opteront pour des matériaux respectant les normes HQE (haute qualité environnementale). La France se trouve à un virage grâce à l’apparition de ces nouvelles enceintes et celles déjà existantes, comme le stade des Alpes à Grenoble dont le toit intègre une structure en bois et verre, ainsi que le stade Bonal à Sochaux (charpente en épicéa, matériau 100% naturel) et même le Stade de France, qui va s’inspirer des structures de Saint Etienne et Montpellier, avec la photovoltaïque et la récupération de l’eau. Malgré ces efforts, la France est loin derrière les stades helvètes, à l’image du stade de Berne, dont la toiture accueille la plus grande centrale solaire du monde et produit 1 million de kWh par an (consommation annuelle équivalente à 300 ménages). De plus, l’utilisation de pelouses synthétiques y est plus présente, ce qui rend l’impact environnemental largement inférieur à celui de gazons organiques. La France a besoin d’un coup de pouce concernant ces structures sportives. L’organisation de l’Euro 2016 pourrait être le moyen de redorer le blason des stades français. ( Photo : Grand stade Lille Métropole – Copyright : Eiffage / Valode et Pistre / Pierre Ferret)
> Consulter la fiche sur les constructions publiques et HQE
> Consulter la fiche sur les stades de ligue 1
> Plus de renseignement sur la semaine du développement durable