La délocalisation de Roland-Garros envisagée

Le stade de Roland-Garros, victime de son succès, pendant la quinzaine des Internationaux de France, a éprouvé des difficultés à accueillir tous ses spectateurs et doit, par conséquent, s’agrandir. Plusieurs solutions pourraient s’offrir aux décideurs. Celle qui reste la plus désirée est l’extension du stade Hébert, situé à 500 m. Ainsi, le choix de la fédération française de tennis (FFT) s’est porté sur le projet de l’architecte Marc Mimram. ‘’La mairie est à 200 % avec nous mais ils sont isolés politiquement. Nous allons discuter avec l’UMP, les écologistes et aussi toutes les associations qui sont contre…‘’, rapportait Jean Gachassin, président de la FFT. Si ce projet du stade Hébert mène à une impasse, la Fédération se tournerait, alors, sur le bois de Boulogne. Le hic : le site est classé. ‘’Il faudrait alors une loi pour déclasser une partie du bois (8 hectares).’ La dernière solution qui endosse le costume d’épouvantail pour le président : la délocalisation. ‘’Personnellement, ça me fend le cœur. Il y a une âme à Roland-Garros.’’ A l’heure actuelle, les négociations sont en cours avec la mairie de Paris concernant le prix de la concession d’Hébert et de celui de la location de Roland-Garros. Le déplacement, près de Marne-la-Vallée, de la mythique enceinte du tennis en France a même été évoqué. (Philippe Millereau / DPPI)
> Consultez nos Fiches Sportives relatives au tennis