Le budget 2014 des Sports marqué par la stabilité

La ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative, Valérie Fourneyron, a présenté le 9 octobre le budget de son ministère pour l’année 2014, qui s’élève à 833 millions d’euros, soit une hausse de 14 % par rapport à 2013 (734M€).

Cette hausse s’explique principalement par la dotation exceptionnelle de 100M€ du 2e volet du Programme d’Investissements d’Avenir (« PIA 2 »). Le budget 2014 des Sports marque clairement sa priorité à l’emploi des jeunes.

Le Ministère réalise également 16M€ d’économie pour 2014 grâce à la suppression de l’indemnité pour absence de club résident au Stade de France.

Du côté du Centre National pour le Développement du Sport (CNDS), le plan de redressement pluriannuel engagé fin 2012, permet de reconduire la même enveloppe qu’en 2013, à savoir 272,2 M€. Le recentrage des dotations financières vers leur vocation initiale de développement des pratiques sportives et de lutte contre les inégalités d’accès sur le territoire se poursuivra en 2014. Ainsi, les frais de fonctionnement de l’établissement (-15%) et les dotations éloignées du sport pour tous sont fortement réduits, notamment les dépenses liées au financement des grands événements sportifs internationaux (-30%).

Le ministère a également précisé qu’à l’issue d’une intense concertation, de nouveaux critères d’attribution des subventions du CNDS seront présentés au conseil d’administration de novembre 2013, pour une mise en œuvre à partir de 2014. Ils viseront à soutenir prioritairement les zones les plus défavorisées et les publics les plus éloignés de la pratique sportive.

La ministre des Sports a également évoqué le futur « plan piscines », indiquant qu’elle proposerait lors du prochain CA du CNDS, que des financements spécifiques soient dédiés à la construction et la rénovation de piscines, afin de cibler les interventions sur les territoires où les publics rencontrent le plus de difficultés pour accéder au savoir nager.

Ces orientations devraient se retrouver dans la loi de modernisation du sport qui sera présentée au Parlement en 2014, et qui aura principalement vocation à : rénover en profondeur la gouvernance du sport, préciser les contours des missions du service public du sport confiées aux fédérations sportives, reconnaître dans le code du sport la place essentielle des collectivités territoriales et lutter contre les inégalités d’accès à la pratique sportive.